Cediv : Quel avenir pour la distribution ?

Quel avenir pour la distribution ? La question demeure légitime même si elle se pose régulièrement depuis 20 ans… Devant les basculements qui se préparent, Adriana Minchella, présidente du Cediv, engage son réseau à préparer son futur.

 

En 2019, l’intermédiation continue de s’affirmer comme un modèle alternatif crédible face aux ventes directes. Sa légitimité repose sur le soutien d’une clientèle fidèle, trop heureuse de pouvoir compter sur l’expertise de professionnels capables de garantir le bon déroulement des voyages et de mettre en avant sa garantie financière prévu par la loi. Reste qu’il s’agit de continuer à les fidéliser et surtout de conquérir les cibles plus jeunes, biberonnées à l’internet dès leurs tendres années.

A ce constat s’ajoute aujourd’hui la transformation des modèles sur lesquels s’appuient les réservations. Les agences de voyages se préparent à vivre, une nouvelle fois, un basculement provoqué par la mutation des systèmes.  Pour faire simple et sans rentrer dans la technique : la réservation d’un vol aujourd’hui s’effectue par la superposition de deux flux : celui des tarifs et celui des disponibilités. (ATPCO + OAG). Pour les agences, depuis l’émergence des GDS, c’est transparent et en quelques millièmes de secondes, elles parviennent ainsi à accéder à l’ensemble des catalogues des compagnies aériennes traditionnelles pour effectuer leur réservation. Dans 10 ans, NDC oblige, ce bel ordonnancement devrait être obsolète.

Pour lire la suite de l’article, rendez-vous dans la rubrique i-tourisme

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *