Grève SNCF : Quels alternatifs pour les usagers ?

L’intersyndicale de la SNCF a appelé à une grève perlée du 3 avril au 28 juin. Durant cette période, de nombreuses perturbations sont à prévoir et les usagers prennent leurs dispositions pour être le moins pénalisés. En parallèle, les moyens de transport alternatifs, comme les plateformes de covoiturage, mettent les bouchées doubles pour répondre à une forte demande. Hausse du taux d’inscriptions, pic de connexions, synergie avec la région Ile-de-France… et si le mouvement permettait aux Français de s’ouvrir à un mode de transport plus collaboratif ?  

autostop

184 000, c’était le nombre de sièges offerts par Blablacar mardi 3 avril, soit 3 fois plus qu’un mardi normal selon ses dirigeants. Pour Robert Morel, porte-parole de la société de covoiturage,  « nous avons et nous devons faire face actuellement à un pic historique de nouveaux inscrits. Heureusement, nous avons des moyens techniques qui font qu’aujourd’hui nous pouvons faire face à ce genre d’événement en période de crise ». En effet, suite à l’annonce de la grève perlée SNCF, un bon nombre de Français s’étaient organisés pour éviter la « galère » des transports en commun et arriver à l’heure sur leur lieu de travail. La région Ile-de-France a notamment mis en place une plateforme où les détenteurs d’un titre de transport peuvent effectuer une réservation sur les sites de covoiturage de façon gratuite. « Nous avons mis en place www.vianavigo.com  pour permettre aux franciliens de trouver une place dans des voitures et ce, à travers nos partenaires: Clem’, Covoit’iciBlaBlaLines (Blablacar),  IDVROOMKarosKlaxitOuihopRoulez Malin » explique Hélène Duguet, chargée de communication chez Ile-de-France mobilité (STIF). Le principe est le suivant : les passagers lancent une recherche sur leur point de départ et leur point d’arrivée. La plateforme les redirige alors vers l’application qui propose un trajet au plus proche de leur demande. Le groupe s’engage ensuite à verser une compensation financière aux conducteurs tout en garantissant la gratuité pour les passagers.

Pour lire la suite de l’article, direction la rubrique i-tourisme

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *